Des haies plutôt que des murs ?

Il y a bien longtemps, elles ont été arrachées, sans que l’on sache vraiment pourquoi, très probablement pour les besoins de la densification et de l’urbanisation. Ces oiseaux rares ? Les haies.

Aujourd’hui, on les voit lentement réapparaitre dans nos lotissements à la place des murs d’enceinte, séparant les habitations, qui ne sont jamais vraiment finis, faute d’obtenir la dernière couche d’enduit qui leur donnera leur aspect final.

Si nous vous conseillons de planter des haies végétales séparatives, ce n’est pas un hasard. Outre le principe même d’une végétalisation supplémentaire, elles présentent de nombreux avantages.

Pourquoi choisir une haie séparative végétale ?

> Une haie freine le ruissellement de l’eau. En stockant la terre en amont, elle limite l’érosion des sols en aval. Elle favorise l’infiltration des eaux pluviales qui servent à nourrir son système racinaire et à favoriser sa croissance. Un mur d’enceinte, quant à lui, va générer une zone imperméable qui ne favorisera pas la gestion des eaux pluviales sur votre terrain.

> Au printemps et dans une moindre mesure à l’automne, la haie favorise l’absorption des nitrates.

> La haie a également un effet brise-vent. Pour peu que son maillage ne soit pas trop dense, elle va freiner les effets du vent, ce qui constitue une bonne protection pour nos habitations.

> Enfin, c’est surement l’une des plus belles fonctions de la haie, elle va permettre de créer un petit écosystème et favoriser le développement de la biodiversité.

Choix de l’arbuste, techniques de plantation, dans un prochain article, nous vous donnerons quelques conseils pour planter une haie de manière efficace.

Pascal Lautrette

Pascal LAUTRETTE, fondateur des Eco-Pédagogues, dirige avec éthique et humanisme Pierres et Territoires de France Centre Atlantique, lotisseur et aménageur dans le Limousin. « Tout le monde parle de développement durable, mais on ne nous apprend pas forcément à en faire". Sensible à nos responsabilités écologiques en tant que professionnels, il porte avec autant de douceur que d’humilité la volonté de communiquer des « bonnes pratiques » respectueuses, accessibles et quotidiennes


1 Petit Mot
  • SamL
    Répondre

    Quand on doit séparer notre jardin de celui du voisin, on pense souvent prix et esthétisme avant de penser malin et écolo. C’est bien de nous rappeler qu’on peut aussi faire « utile » auprès de la faune et de la flore de nos jardins !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *